"Gens du Voyage"


 

 

"...des voleurs, des fraudeurs !", "ils ont tous des grosses voitures !", "gitans, Roms, tous les mêmes !". Les clichés sur les Gens du Voyage ne manquent pas. Ils sont même tellement répandus qu'ils résonnent comme des évidences pour la plupart d'entre nous.

 

Mais qui sont les personnes dont l'identité est souvent réduite à cette seule appellation ? Et qu'ont-elles à dire de ce statut qui fait d'elles des citoyens à part ?


 

 

Il est important de rappeler que le terme "Gens du Voyage" englobe une grande diversité de situations. Il ne s'agit pas d'un groupe uniforme.

Au même titre que pour le reste de la population, les personnes ainsi désignées peuvent avoir des origines, des cultures, des situations sociales et financières, des parcours et des modes d'habitat différents.

 

 

De qui parle-t-on ?

"La dénomination"Gens du voyage" ne désigne pas une ethnie particulière ; c'est un terme administratif, apparu dans des textes officiels dès 1972, qui s'applique aux personnes visées par la loi du 3 janvier 1969.
Il a remplacé ceux de "forains" et de "nomades", issus de la loi du 16 juillet 1912, qui remplaçaient ceux de "saltimbanques", "chanteurs ambulants" correspondant à la circulaire du 13 décembre 1863.

 

La définition qui réunit ces appellations est celle d'une population Sans Domicile ni Résidence Fixe (SDRF), ayant un mode de vie particulier, à savoir de résider dans un abri mobile terrestre ou/et d'exercer une activité ambulante."

 

cf. source



Quelles conséquences pour les personnes concernées ?

 

Les réglementations successives ont créé des outils pour contrôler leurs mouvements et leurs activités, avec des sanctions (amendes et emprisonnement) en cas de manquement aux règles édictées. Elles ont abouti aux "livrets de circulation" actuels.

 

La loi du 03/01/1969 relative à l'exercice des activités ambulantes et au régime applicable aux personnes circulant en France sans domicile ni résidence fixe instaure des obligations supplémentaires pour tous les aspects de la vie quotidienne et d'accès au droit commun (scolarité, emploi, logement, etc.). Ces formalités administratives qui paraissent anodines en apparence complexifient l'accès aux mêmes droits que tout un chacun.


Les titres de circulation

 

Obligatoires à partir de 16 ans, ils doivent être visés ou renouvelés périodiquement dans un commissariat ou une gendarmerie et être présentés à toute réquisition des forces de l’ordre.

Le fait de circuler sans titre, de ne pas pouvoir le présenter ou d’avoir dépassé les délais pour les visas sont sanctionnés par des amendes ou de l’emprisonnement. 

La commune de rattachement

 Également obligatoires, le choix et le changement de commune de rattachement sont soumis :

  • respectivement à motivation et justification
  • à un quota de 3% de la population municipale
  • à décision préfectorale, après avis motivé du maire concerné



Documentaire - Parcours de "Voyageurs" en BD

Paroles de "Voyageurs" - Discrimination au quotidien

Traitement administratif des Gens du Voyage en France